Avertir le modérateur

21/06/2017

Les Tontons Flingueurs du Trianon Palace

L'histoire du Trianon Palace, hôtel majestueux situé à Versailles, a toujours été une histoire de cuisine ... plutôt des histoires de cuisines.

frederic_larquemin-eddie_benghanem-trianon_palace-2-miamiamiam.jpgDont l'une que les français connaissent le mieux et aiment le plus:

Celle des Tontons Flingueurs.

En effet, c'est au Trianon Palace que les gens de la Gaumont ont enfermé Michel Audiard et Albert Simonin dans une suite afin qu'ils travaillent avec le réalisateur sur l'adaptation du roman d'Albert Simonin, Grisby or not Grisby.


Adaptation qui donnera finalement Les Tontons Flingueurs ... mais dans une version bien différente de ce que Audiard voyait pour ce film de George Lautner que l'on dit culte.

En effet, le célèbre dialoguiste avait jugé inutile l'une des scènes du livre, celle où il y a de la pomme, celle de la cuisine ...

C'est George Lautner himself qui, après une nuit de réflexion passée au Trianon Palace, en décida autrement.

Il s'en est fallu de peu ... Le Trianon Palace a, depuis, changé de propriétaire et pour Michel Ohayon aussi, ce superbe hôtel est une histoire de cuisine.

C'est pour cela qu'il y a installé un Chef exécutif que l'on ne présente plus, Gordon Ramsay et pour Chef Pâtissier, une pointure, un cador, une épée comme dirait Audiard, Eddie Benghanem.

Et plus récemment, un Chef, Frédéric Larquemin qui a succédé à Simone Zanoni parti vaquer aux destinés du George au George V.

Frédéric Larquemin et Eddie Benghanem, c'est un véritable duo de Tontons Flingueurs de la Gastronomie, loin du Terminus des Prétentieux, titre originel du film de Lautner, que l'on a trop souvent la coutume de rencontrer.

Frédéric Larquemin, outre un talent indéniable, partage en effet avec son Chef Pâtissier, une qualité rare dans le milieu, l'humilité.

Et pourtant, celui que Gordon Ramsay a personnellement présenté à sa nouvelle équipe en 2016, pourrait bomber le torse rien qu'avec épaisseur de son brillant CV:

Le Comte de Cascogne avec Henri Charvet, Connaught avec Michel Bourdin, le Claridge’s à Londres avec Gordon Ramsay, le Louis XV d'Alain Ducasse à Monaco, le Dorchester encore à Londres, le Plaza Athénée et l’IDAM à Doha (Qatar), toujours pour Ducasse.

Mais dis donc, comme dirait Bernard Blier alias Raoul Volfoni, il n'est quand même pas venu pour beurrer les sandwichs au Trianon Palace.

Assurément, non. Car si son CV impressionne, sa cuisine met à genoux. Élégante et contemporaine comme le restaurant qu'il sert, décoré par Fiona Thompson.

Ce n'est pas parce qu'il cultive l'humilité comme d'autres les choux, que Frédéric Larquemin n'a pas conscience de son potentiel car comme le dit si justement Jean Gabin à Maurice Biraud dans Le Cave se Rebiffe:

Et dites-vous bien que dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres.

Pas question de cela avec Frédéric Larquemin:

L'idée est de récupérer la seconde étoile perdue voire même d'aller chercher la troisième, ce que confirme Grégoire Salamin, le directeur de l’établissement qui est ravi d'avoir un tel Chef en cuisine.

Et comme on n'emmène pas des saucisses quand on va à Francfort comme le dit André Pousse à Dany Carel dans Le Pacha, c'est avec Eddie Benghanem que la course aux étoiles est lancée.

L'ancien Chef Pâtissier du Ritz est du genre à, comme le dit si bien Gabin - encore dans Le Cave se Rebiffe, bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.

Loin de Paris et de son star system où les gros laids ont la grosse tête, Eddie Benghanem propose une pâtisserie remplie d'émotions, c'est d'ailleurs l'un des seuls Chefs Pâtissiers qui sache vraiment dépasser les limites de l'apparence.

Chez lui, la perfection n'est pas un rôle de composition, elle est son exigence.

Les deux Tontons Flingeurs proposent depuis quelques jours, une nouvelle carte qui mériterait qu'on la chante pour avoir, en plus, le plaisir des oreilles.

Une composition subtile entre terre et mer:

Ris de veau rôti, Fenouil, carotte confite, sauce au vin jaune
Raie de petit bateau, King crabe, Courgette violon, condiment agrume et poivre timut
Turbot de ligne cuit à l’os, Radis, câpre, coque et sauce au Champagne
Veau Français doré en cocotte, Asperge verte de Jérôme Galis, morille fraîche

Pour finir en beauté avec un Mille-feuilles croquant (et craquant) aux deux vanilles ou un Bonbon caramélisé à la noisette du Piémont.

Et même si comme le constate Venatino Venantini, toujours dans Les Tontons Flingeurs, de nos jours, il y a de moins en moins de techniciens pour le combat à pied, avec Frédéric Larquemin et Eddie Benghanem, en bon propriétaire qu'il est, Michel Ohayon peut dormir tranquille.

A Versailles ou à Bordeaux, qu'importe ... mais ce serait tout de même formidable si l'homme d'affaires bordelais avait les mêmes ambitions pour le Trianon que pour le Château qui va avec.

Car avec un tel cadre, une telle équipe et de pareils techniciens, il peut rêver de hauteurs.

Triples étoilées, cela va sans dire. (Mark Skeuds & Olivier A.)

 

L'intégralité de cet article, photos comprises, est à découvrir dans le No8 de Miamiamiam à télécharger gratuitement ICI

COUVERTURE-MAY-JUNE-500-2017-500.jpg

 

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu