Avertir le modérateur

28/08/2017

Maxime Frédéric devient Chef Pâtissier Exécutif au George V

Maxime Frédéric, nous l'avions quitté Chef Pâtissier à L'Orangerie, aux côtés du talentueux et sympathique David Bizet.

maxime_frederic-george_v-buche_2017-2.jpgComme il était pressenti, il vient  d'être officiellement intronisé Chef Pâtissier Exécutif au George V.

Et par la même occasion, il nous présente la bûche de Noël officielle du célèbre palace parisien.

Une bûche intitulée Comme un sapin de Noël et qui est, sans en avoir l'air, la première bûche dévoilée par un palace, cette année.


Une course à l'annonce de rentrée bien compréhensive puisqu'elle permet surtout au George V de présenter ce talentueux Chef Pâtissier qui n'a même pas trente ans.

A 28 ans, Maxime Frédéric accède donc à un poste envié, scruté, observé et surtout, très passionnant.

Surtout au George V qui allie la manière de recevoir avec l'excellence en tout point.

Comme souvent pour les bûches d'établissement haut de gamme, la bûche 2017 du George V ne ressemble pas à une bûche.

Cette année, comme son nom l'indique si bien, il s'agit d'une bûche en forme de sapin de Noël.

Une bûche approuvée par le Chef Christian Le Squer:

Lorsque Maxime m’a proposé de créer un sapin de Noël et m’a présenté ses premières ébauches, j’y ai vu un rappel de notre logo Four Seasons, avec ses branches épurées,
et un clin d’œil à la cour de marbre débordante de sapins en hiver.

Je suis très enthousiaste de la justesse de cette création familiale, qui embrasse nos trois restaurants, du George au Cinq sans oublier bien sûr l’Orangerie.

D'une hauteur de 60 cm de hauteur, ce sapin au chocolat noir du Pérou à 75% dont le socle en pommes de pin porte vers le ciel un tronc effilé d’où rayonnent des bûchettes de chocolat, comme autant de branches enneigées.

Sur les premières branches se déclinent des bûchettes à partager, aux saveurs chocolat & lyokan, mariées à la gourmandise de la noisette et l’acidité du yuzu. Les autres branches se détachent pour accompagner le café, tout comme les petites pommes de pin-mignardises ou l’étoile dorée qui couronne l’arbre de Noël.

Il s'agit d'un bonbon au chocolat garni, comme une truffe dont les branches se cassent pour mieux se partager.

Le conseil du l'éminent Chef sommelier Eric Beaumard également Directeur du restaurant Le Cinq est simple:

Avec une telle présence du chocolat à 75% et cette touche de noisette, je vois très bien un Porto Colheita 1997 de Dirk Niepoort, que nous servons en ce moment, ou encore un Rivasltes 1992 du Domaine de Rancy. Et pour le tea time, un thé de Noël à la cannelle et aux écorces d’oranges se mariera parfaitement avec les pointes de Lyokan et de Yuzu.

maxime_frederic-george_v-buche_2017-2.jpg

La bûche du George V se dégustera dans les trois restaurants de l'hôtel, Le Cinq, Le George et l’Orangerie au prix de 160 euros les 4 à 6 parts et 180 euros les 6 à 8 parts.

 

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu