Avertir le modérateur

04/01/2019

Déjà plein de gens chez Edern de Jean-Edern Hurstel

Jean-Edern Hurstel a de la ressource et des idées.

Déjà plein de gens chez Edern de Jean-Edern HurstelNous l’avions quitté avenue Kléber, le revoici en face, rue Arsène Houssaye, de l’autre côté des Champs Elysées.

Après son passage au Peninsula, le voici donc chez lui, dans un endroit qui porte son nom, Edern.

Le Chef passé également par les cuisines du Louis XV d’Alain Ducasse, s’est installé en lieu et place de feu Citrus Etoile. Mais est reparti à partir d’une feuille blanche en ce qui concerne la décoration ... et la cuisine.

C’est dans un cadre contemporain, élégant et très Melvillien signé Paul Bishop, que Jean-Edern  Hurstel accueille les convives du quartier du haut des Champs depuis la rentrée.


Le bonheur est dans son restaurant avec une salle principale, une salle au décor en pierres brutes et au sous-sol, un second bar adossé ... à un fumoir à cigares.

En effet, comme beaucoup d’autres de ses collègues, le Chef est un fumeur de havanes.

Et dans cette logique, il met le feu en cuisine avec une jolie carte toujours en mouvement.

Pour lui, Paris est une fête et cela doit donc chanter dans l’assiette. Il ne suit pas seulement que cela soit beau, il faut que cela soit bon.

Du coup, Edern assure à tous les services.

Notre objectif est que les gens soient heureux de venir chez nous.

Ils le peuvent, dès la prise de réservation téléphonique le ton est donné. Bienveillance, gentillesse et complicité sont de rigueur chez Edern.

Avec (seulement) soixante places, Edern sait recevoir sans tasser les convives. Au déjeuner comme  au dîner, c’est fort appréciable surtout dans un quartier où l’on aurait plutôt tendance à faire le contraire.

Si en salle, on assure vraiment bien, en cuisine, on ne chôme pas non plus mais dans la bonne humeur.

Laurent Poitevin, qu’il a côtoyé au Peninsula, l’a rejoint dans l’aventure Edern pour former une dream-team détonante.

Et ça chante vraiment dans les assiettes. Dans toutes les genres ou presque.

Que l’on soit terre, mer ou pâtes, sans oublier le sucré, c’est ten points à l’Eurovision des saveurs chez Edern.

Tout cela dans le respect des saisons avec une sélection poussée des produits.

C’est quelque chose auquel je tiens plus que tout, c’est la base d’une bonne cuisine.

Pour les desserts, c’est Yann Le Douaron qui pousse la chansonnette. Passé par la pâtisserie de Carl Marletti, dans le cinquième arrondissement parisien, le Chef Pâtissier fait des merveilles. Son soufflé chocolat noir et cœur coulant est plus qu’un tube de l’été.

La carte des vins est au diapason de la carte avec des alcools de haut-vol. A déguster avec un cigare à la main, un Cohiba, marque qu’affectionne le Chef.

A peine arrivé, revoilà Jean-Edern Hurstel déjà reparti ... enfin presque.

Effectivement, pour sa restauration, le W Paris-Opéra et le Chef travailleront ensemble dans le cadre d’un partenariat dont on pourra découvrir les contours l’année prochaine.

Edern suit la tendance du moment ... et profite également de l’un des plaisirs qu’affectionne Jean-Edern Hurstel.

Fumer un bon cigare.

J’aime bien les cigares cubains, je suis assez classique.

C’est donc fort logiquement que Jean-Edern Hurstel a placé un fumoir au sous-sol de son tout nouveau
établissement. Pas un fumoir de poche comme on a souvent l’occasion de le voir, ni un fumoir de compétition
comme celui de la Casa Pelletier, non, un joli fumoir de taille tout à fait convenable situé au sous-sol, à côté
du second bar du restaurant.

C’est important pour notre clientèle. Dans le quartier dans lequel nous sommes, il est fréquent que les convives
terminent leur repas par un bon cigare.

Et l’on s’y sent plutôt bien, l’endroit est très cosy sans être trop guindé. L’aération est assez efficace.

Par ailleurs, bien sur, on peut accompagner son cigare d’un excellent alcool à choisir dans une carte assez
riche en goût et en personnalité.

Pour les cigares, on navigue entre Cuba, la République Dominicaine, le Nicaragua et le Honduras pour des
prix allant de 15 euros à 60 euros pour un Cohiba Talisman. (Mark Skeuds) Article que l'on peut retrouver dans le #4 de Life Is Belle, print magazine  de Véronique Gillardeau à télécharger ICI.

 

Déjà plein de gens chez Edern de Jean-Edern Hurstel

Déjà plein de gens chez Edern de Jean-Edern Hurstel

Déjà plein de gens chez Edern de Jean-Edern Hurstel

Déjà plein de gens chez Edern de Jean-Edern Hurstel

Déjà plein de gens chez Edern de Jean-Edern Hurstel

Déjà plein de gens chez Edern de Jean-Edern Hurstel

Déjà plein de gens chez Edern de Jean-Edern Hurstel



EDERN
6 rue Arsène Houssaye, 8ème

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu